La période d’essai : une première phase de travail

Le modèle Goodwin est une théorie macro-économique développée par l’économiste américain Richard Goodwin. Il a développé le modèle en 1967 alors qu’il enseignait à l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, et il prédit les cycles d’activité économique sur la base des valeurs d’entrée des taux d’emploi et des niveaux de productivité pour le travail et l’ investissement en capital . Le modèle est dérivé des théories marxistes de la lutte des classes, ainsi que du comportement prédateur-proie dans la nature, et traite des cycles qui se produisent dans les économies lorsque les facteurs d’emploi et de salaire fluctuent.

Les principes du modèle Goodwin reposent sur une approche non linéaire de la croissance à somme nulle. Fondamentalement, cela stipule que, pour tous les gains réalisés par un aspect d’une économie ou un autre élément d’un système, une perte de valeur égale le compensera ailleurs pour empêcher l’instabilité et la croissance ou le déclin du système dans son ensemble. C’est un principe sur lequel est fondée l’ économie marxienne , où, à mesure que la valeur et l’influence du travail augmentent, la valeur et l’influence des capitalistes qui le financent diminuent, et vice versa. Goodwin a proposé que des compromis simples comme celui-ci existaient comme un cours naturel des cycles économiques. Plus le taux de chômage est bas, par exemple, plus les travailleurs auraient de l’influence en exigeant des salaires plus élevés, ce qui, à son tour, réduirait le profit et le contrôle des capitalistes sur le travail et réduirait l’incitation à développer les affaires.

Découvrir :  Qu'est-ce qu'un excédent commercial ?

Ces compromis dans la théorie du cycle économique se reflètent également dans la courbe de Phillips que le modèle de Goodwin utilise pour ses calculs, proposée par l’économiste néo-zélandais William Phillips en 1958. La courbe de Phillips indique qu’il existe une relation directe entre les taux de chômage et l’inflation. , et que, lorsque l’un monte, l’autre a tendance à baisser. Comme le modèle Goodwin lui-même, les principes du cycle économique proposés par la courbe de Phillips ont tendance à avoir plus de validité à court terme qu’à long terme, et sont plus valides en théorie qu’en pratique.

La théorie de la croissance économique de Goodwin s’est également appuyée sur le modèle Harrod-Domar comme méthode pour dépasser ces forces d’équilibrage dans le cycle. Sir Roy F. Harrod et Evsey Domar ont proposé en 1946 que les économies en croissance ne sont pas intrinsèquement équilibrées, mais augmentent en quantité et en qualité de la production à mesure que l’investissement en capital externe est appliqué pour perturber le comportement normal. La plupart des cycles économiques considérés comme équilibrés et stables de manière idéaliste sont en fait une cause d’enfermement de nombreux pays dans des états de pauvreté perpétuels, où l’épargne, l’investissement en capital et l’innovation technologique sont faibles.

Découvrir :  La fonction Ressources Humaines selon Jean-Marie Peretti

La faiblesse de l’approche du modèle Goodwin du comportement du système réside dans le fait qu’elle délimite clairement les éléments opposés d’un système comme intrinsèquement antagonistes. Le modèle de lutte des classes de Goodwin, comme l’économie marxienne ou les relations prédateur-proie, suppose que deux éléments principaux d’un système luttent l’un contre l’autre dans un environnement prévisible exempt d’autres influences complexes. Les salariés s’opposent aux investisseurs capitalistes, ou les prédateurs aux proies. Bien que ces théories aient une certaine validité en ce qui concerne la façon dont les systèmes complexes interagissent, elles ont tendance à s’effondrer lorsque des facteurs atténuants ou des influences invisibles modifient le comportement des principaux éléments du système.

Découvrir :  6 techniques pour attirer des visiteurs sur votre site internet

Un bon exemple où le modèle Goodwin et d’autres similaires n’ont pas réussi à prédire les tendances économiques est le récent ralentissement économique mondial qui a eu lieu à partir de 2008 en raison de la spéculation sur le marché du logement et pour d’autres raisons. Ce ralentissement économique a entraîné une augmentation généralisée du taux de chômage dans de nombreux pays industrialisés, rendant la main-d’œuvre moins chère et abondante pour que les intérêts capitalistes puissent développer leurs activités. Malgré cette opportunité, à partir de 2011, les capitalistes n’ont pas réagi en augmentant les embauches et ont plutôt restreint les investissements en capital à un moment qui semblerait idéal pour la croissance du point de vue du bassin de main-d’œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.