Histoire de la Bourse du Moyen Âge au XXe siècle

Les Bourses sont un thermomètre du monde, caractéristique non exclusive du monde globalisé. La spéculation financière existe depuis sa création.

La Bourse existe depuis qu’on parle d’argent. Ou pécunia. L’étymologie même du mot, du latin pecunia dérivé de pecus , signifie bétail de bêtes, qui dans l’économie primitive représentait la richesse et était la base essentielle de tout échange commercial.

Histoire de la Bourse au Moyen Âge

À la fin des années 400, William Cely, un marchand anglais, écrivait : « Il y a très peu de laine de Cotswold à Calais, elle a été achetée par les Lombardi en Angleterre. Les Lombards étaient appelés les Italiens du nord de l’Italie, des marchands qui parcouraient la Grande-Bretagne à cheval, se montrant parfois plus riches qu’ils ne l’étaient en réalité en achetant de gros lots de laine. Cette marchandise était transportée en Flandre pour être revendue à 5% de rabais et l’argent était prêté, avec intérêt, aux Anglais eux-mêmes. La philosophie de l’argent à cette époque était très simple : faire tourner de l’argent pour obtenir le maximum de profit.

Découvrir :  Que sont les retenues sur salaire ?

Les Italiens étaient cotés en bourse

Dans la splendeur des seigneuries, Florence et Venise étaient les centres financiers les plus importants d’Europe. Florence, avec les Médicis , fonctionnait comme une banque qui collectait de l’argent ; Venise, avec sa flotte marchande, était à l’époque le siège de la Bourse internationale (le nom vient de la famille vénitienne Della Borsa). L’instabilité du cours monétaire a souvent causé des pertes aux trafiquants, qui ont cherché à échapper à ces pressions et, avec la montée des États modernes, se sont déplacés vers l’Europe centrale et septentrionale. Les Della Borsa émigrèrent en choisissant une nouvelle patrie : Bruges, où ils devinrent les Van der Burse.

Amsterdam et Londres se développaient commercialement

La Hollande, avec son empire colonial fondé sur les sociétés marchandes, devint le centre propulseur du système économique international, avec l’Angleterre qui prenait de plus en plus de poids. Londres en particulier était le sanctuaire de la médiation financière, basé sur Lombard Street. Les marchés commerciaux se sont multipliés et, avec eux, des règles de plus en plus précises se sont répandues : formes de crédit et médiation commerciale, fixation des prix, octroi de prêts, taux de change et prix des devises. Les premières sociétés par actions voient le jour, comme la West Indies Company. La fièvre des stocks atteint la France.

Découvrir :  Quels sont les meilleurs conseils pour la gestion du marché monétaire ?

Les États-Unis entrent dans le jeu de la Bourse

La naissance des Compagnies de l’Ouest, pour profiter des ressources de la Louisiane et du Mississippi, avec le monopole du tabac et de l’ivoire, a nécessité d’énormes ressources financières. Dans les boursières valeurs à Paris les premiers contrats étaient vendus premium : les actions d’une société valant à l’ouverture, une certaine somme et étaient achetées en vrac ; bientôt le prix a été dégonflé et a inévitablement baissé. Ce furent les premières « bulles » spéculatives , après celle des tulipes en Belgique, un phénomène qu’aujourd’hui encore, la théorie économique n’a pas été en mesure d’expliquer pleinement.

La Bourse de Paris et Napoléon Bonaparte

Sous un profil légal, l’empereur a joué la carte d’exporter les principes novateurs de la Révolution. Les codes de lois civiles et pénales, au sens moderne, sont nés grâce à l’impulsion de Napoléon. La France est devenue une référence pour les marchés financiers. Le protagoniste de ce scénario était la famille Rothschild, banquiers d’origine judéo-allemande, célèbre pour la spéculation de Waterloo .

Découvrir :  Sortir du surendettement : Définir un budget mensuel

La Bourse au XIXe siècle

Une législation fut adoptée en Grande-Bretagne en 1855, en France en ’67 et en Allemagne en ’72, et le négoce de titres d’entreprise se développa énormément et devint l’investissement le plus important. Le centre du commerce international et de la finance était Londres. La fin de la guerre de Sécession et les investissements dans le secteur ferroviaire ont guidé l’essor de la Bourse de New York, réorganisée en 1869.

La Bourse de Tokyo

Après la Seconde Guerre mondiale, en correspondance avec la croissance de l’économie japonaise, la Bourse de Tokyo est devenue une référence mondiale. Une lente baisse a commencé en 1991, mais l’ indice Nikkei est l’un des premiers à arriver dans les matinées financières.

Dans le monde d’aujourd’hui, le thermomètre boursier est devenu le signe d’une crise de la finance internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.