Règles classiques pour le financement des entreprises

L’indépendance entrepreneuriale n’est pas rarement mal comprise par les étrangers. Le cliché commun est quelque chose comme: L’entrepreneur est son propre patron, peut faire tout ce qu’il veut avec le libre choix de l’emplacement et de la gestion du temps et devient incroyablement riche dans le processus. Ce n’est pas si simple, cependant, car les indépendants prennent leurs décisions sur la base des lois, des réglementations et des contraintes de l’économie de marché. En outre, il existe des principes commerciaux pour une conception d’entreprise sérieuse et réussie. Celles-ci incluent, par exemple, les règles de financement classiques liées à la structure du bilan.

Règles de financement horizontales

Si les actifs (actifs, utilisation des fonds) et les passifs (capital, source de financement), les deux côtés d’un bilan, sont mis en relation l’un avec l’autre, il s’agit d’une règle dite de financement horizontal. L’une des plus connues est la règle d’or bancaire , qui (modifiée en conséquence) est également utilisée dans l’administration des affaires. En termes simples, il stipule l’égalité des délais entre la source des fonds et l’utilisation des fonds. Un prêt qui doit être remboursé à long terme doit donc également être utilisé pour des actifs à long terme. La règle d’or de la comptabilité repose sur un principe similaire. Outre la composante temps, il prend également en compte la composition du passif:

  • Dans sa version la plus étroite, la règle d’or du bilan exige que les immobilisations et les capitaux propres se correspondent. Les «actions commerciales» du propriétaire sont appelées capitaux propres. Dans la vie des affaires moderne, cependant, cela n’est pratiqué que par une minorité d’entrepreneurs.
  • Une variante étendue prévoit que les capitaux propres et les capitaux d’emprunt à long terme sont combinés avec des immobilisations du même montant.
  • L’interprétation la plus large de la règle d’or des soldes inclut également les actifs courants à long terme (par exemple les «réserves de fer» dans les entrepôts). Ces deux éléments doivent être égaux en valeur à la somme des capitaux propres et de la dette à long terme.
Découvrir :  Les démarches à suivre pour changer de banque

Règles de financement vertical

Les règles de financement vertical sont moins compliquées. Ils traitent exclusivement du passif d’un bilan et décrivent la composition de la source des fonds. Par conséquent, elles sont également appelées règles de structure du capital. Vous visez généralement une proportion de fonds propres suffisamment élevée. Il s’agit de garantir des emprunts sérieux et une sécurité pour les créanciers.

Le principe le plus connu est le suivant: les capitaux propres et la dette sont identiques. Le (s) propriétaire (s) de l’entreprise contribuent autant à la capitalisation que les créanciers. Il n’y a aucune raison absolument valable à cela. Des structures d’entreprise complexes, des contraintes d’économie de marché et des décisions stratégiques peuvent exiger une dérogation à cette règle 1: 1.

Découvrir :  Investir dans les bijoux et l’or : comment procéder ?

Les degrés de liquidité

Les ratios de liquidité constituent un autre groupe de règles de financement. Ils indiquent le montant des actifs d’une entreprise qui peut théoriquement être rendu «liquide» (latin: liquidus) afin de régler rapidement les factures en attente.

  • La liquidité de premier degré comprend la somme de tous les fonds tels que les fonds en caisse, les soldes bancaires ou les chèques. Il devrait être compris entre 20 et 50 pour cent des engagements à court terme. Une période d’au plus 90 jours est généralement considérée comme de courte durée.
  • Le deuxième degré de liquidité ajoute les paiements entrants attendus des créances à court terme aux fonds.
  • Les fonds liquides de troisième degré sont également appelés liquidités liées aux ventes. Outre les fonds et les créances à court terme, les actifs courants (par exemple les matières premières) sont également inclus. Cette valeur doit être d’au moins 100% pour que toutes les créances à court terme soient couvertes par des fonds liquides de troisième degré.
Découvrir :  Investir dans le graphène : pourquoi choisir le matériau du futur

Faiblesses des règles de financement

Les règles de financement classiques représentent avant tout une créance de sécurité des créanciers et leur mise en œuvre cohérente suggère donc dans un premier temps une approche économique conservatrice et sérieuse. Dans leur stratégie comptable, les entreprises recherchent souvent une image correspondante afin de rester attractives pour les financiers potentiels ou réels. Cependant, le strict respect des règles de financement ne constitue pas une garantie de sécurité, car des variables de calcul importantes sont soumises à certaines fluctuations. Par exemple, les matières premières stockées changent de valeur marchande ou deviennent invendables, les créances à court terme ne peuvent pas être recouvrées ou la valorisation des immobilisations ne correspond pas à la réalité.

Les critiques se plaignent également qu’un engagement trop étroit envers les règles de financement limite même le succès de l’entreprise et cite donc la prévention de l’effet de levier tant cité: cela se produit dès que la rentabilité de l’argent emprunté est supérieure à l’intérêt du prêt.

En résumé, on peut donc dire que les règles de financement classiques ne sont d’une part pas une panacée, mais d’autre part qu’elles représentent un guide précieux pour des processus d’affaires solides.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.