L’immobilier c’est la nouvelle tendance pour investir. Ce placement dans la pierre est réputé depuis un grand nombre d’année comme un placement intéressant en terme de rapport gain-risque. Mais alors est ce que l’immobilier peut vraiment rapporter gros ? Comment s’y prendre pour investir ?

Est-ce que l’immobilier peut rapporter gros ?

Sur les réseaux sociaux de nombreuses publicités mettent en avant des réussites immobilières. Ces publicités ont créé un véritable engouement autour de l’immobilier à tel point qu’il est désormais plus difficile de réussir dans l’immobilier.

Il est plus difficile mais c’est toutefois possible. Il faudra cependant prendre en compte de nombreux éléments et réaliser des prévisionnels.

Les dépenses à prévoir

Votre investissement immobilier va engendrer son lot de charges. Ces charges vont devoir être estimées en amont de votre projet. Le but est alors de savoir si vos charges vont être inférieurs aux revenus et de déterminer son rendement. Pour que l’opportunité soit intéressante le rendement net doit être nettement supérieurs à vos livrets d’épargnes par lesquels vous ne prenez aucun risque et n’y consacrer aucun temps.

Découvrir :  Les points forts de la loi Malraux depuis 2016

Dans les dépenses il faudra veiller à bien prendre en compte la fiscalité. Comme tout revenu, les revenus du patrimoine sont soumis à imposition et à des prélèvements sociaux (s’il ne s’agit pas d’une activité professionnelle soumise à cotisations sociales).

Cette fiscalité diffère en fonction de si :

  • Le logement est meublé ou non
  • La location se fait à partir d’une SCI ou non
  • En cas de SCI si vous optez pour l’imposition à l’impôt sur les sociétés

Nous évoquerons ici les principales différences fiscales de ces régimes. Pour plus de détail vous pouvez consulter cet article sur la fiscalité de la location meublée et non meublée.

Découvrir :  Acheter un logement en union libre : comment faire ?

Les principales différences entre ces régimes portent en grande partie sur la déductibilité des charges. En effet, en location meublée en cas d’option au régime réel il est par exemple possible de déduire des revenus, les charges de notaire et de frais d’agence. Ce qui n’est pas le cas en non meublé. Sauf si vous avez créé une SCI soumise à l’impôt sur les sociétés.

D’autre part si vous n’optez pas pour le régime réel d’imposition, c’est-à-dire calculer les revenus soumis à impôt en fonction des dépenses réels, les taux d’abattements sont différents en meublés et non meublés. Pour la location meublé l’abattement est de 50% tandis qu’il est de 30% en non meublé. C’est-à-dire que vous aller calculer vos revenus soumis à imposition simplement en appliquant cet abattement sur vos loyers perçus.

Découvrir :  Qu’en est-il du crédit immobilier en 2020 ?

Les revenus à prévoir

Pour réaliser le prévisionnel des recettes, la tâche est bien plus simple. Cela nécessite simplement de se rendre sur des sites de location comme Leboncoin ou Seloger. Une fois rendu sur ces sites filtrez votre recherche en fonction des caractéristiques de votre bien que vous allez mettre en location. Vous aurez alors un ordre d’idée de vos potentielles recettes.

A noter que dans le cas d’une location meublé le taux de changement de locataire est plus important. Vous allez donc devoir passer plus de temps à chercher des nouveaux locataires. De plus, il est dans ce type de location préférable de prévoir un temps de vacance locative, c’est-à-dire une période pendant laquelle il n’y aura pas de locataire et donc ne percevrez pas d’argent.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.