L'investissement en parts de groupement forestier. Fonctionnement et avantages pour un patrimoine

L’investissement en parts de groupement forestier. Fonctionnement et avantages pour un patrimoine

L'investissement en parts de groupement forestier. Fonctionnement et avantages pour un patrimoine
L’investissement en parts de groupement forestier. Fonctionnement et avantages pour un patrimoine

 

En pleine crise financière, investir dans des marchés sécurisés peut rassurer. Bien qu’étant un investissement atypique, la forêt séduit de plus en plus de français et d’étrangers, et reste très prisée des grosses fortunes et des gros patrimoines. Alors, nos chênes, nos sapins et nos hêtres, un placement solide ?

 

Investir dans une forêt, quels avantages ?

 

Écologique et économique

 

L’investissement forestier reste une valeur refuge, rassurante on l’a dit. Depuis un certain nombre d’années, la demande en bois ne cesse d’augmenter : construction d’habitations en bois, mobilier, le bois est un matériau qui a la cote. En raison d’un sursaut de conscience concernant la déforestation et l’utilisation de matériaux naturels, les forêts sont sur le devant de la scène écologique, secteur économique porteur. Investir dans un groupement forestier est un moyen d’assurer la survie et de préserver les massifs forestiers, tout en misant sur un secteur « vert » en pleine expansion.

Diversification

 

Assurances vie, immobilier, livret A… pour ceux qui exploitent déjà un certain nombre de moyens d’épargnes et de placements, ou pour ceux qui souhaitent simplement découvrir d’autres types d’investissement, le groupement forestier est un bon moyen de diversification.

 

Transmission

 

C’est également un placement intéressant en ce qui concerne la donation et la succession pour une Transmission de patrimoine à sa descendance par exemple. En effet, l’abattement s’élève à hauteur de 75%, ce qui fait que l’investisseur n’aura que 25% des droits de donation ou de succession à régler, sans plafond de montant. Cette réduction est obtenue en contrepartie d’un engagement de gestion durable des forêts pendant 30 ans (engagement tenu par le Groupement Forestier et non par l’investisseur, qui n’est pas obligé de conserver ses parts pendant toute cette durée).

 

défiscalisation groupement forestier

 

De plus, le groupement foncier forestier permet à l’investisseur de bénéficier d’une réduction de 18% du montant investi sur l’impôt sur le revenu, à condition de s’engager à conserver ses parts pendant au moins 8 ans.

Du côté de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), cela donne droit à un abattement de 75% de la valeur de la forêt, qui s’applique dès l’année de souscription.

 

Et les risques… ?

 

C’est bien là un des avantages de l’investissement forestier : il ne dépend pas des évolutions économiques du marché, et permet donc à un investisseur de ne pas subir les fluctuations du marché financier.

Toutefois, comme dans tout investissement, les risques ne peuvent être réduits à zéro. En l’occurence ici, le risque principal est la destruction de la forêt, pour cause de catastrophes naturelles (comme en 1999, rappelez-vous…). Pour cette raison, certains organismes de groupement forestier éliminent de leur catalogue les terres du Sud de la France, trop exposées aux incendies, ou celles des Landes par exemple, trop exposées aux vents violents. Les monocultures ou les cultures artificielles, comme les pins landais, présentent des risques climatiques et phytosanitaires importants. Mais évidemment, plus les risques sont élevés, plus les rendements peuvent également l’être à la clé… C’est bien là tout l’enjeu propre à l’investissement financier !

 

Comment ça fonctionne ?

 

Le principe clé est la mutualisation des investissements réunis sous forme de groupement forestier, géré par une société de gestion spécialisée. L’intérêt ici est de bénéficier d’une somme d’argent suffisamment conséquente pour investir dans une grande surface de forêt (50, 80 ou 100 hectares), et dans un fond de massifs diversifié. De plus, cela permet de ne pas avoir à s’occuper de la gestion d’une forêt, ce qui, avouons-le, apparaît tout de même très complexe. Nul besoin de gérer l’entretien et le reboisement des espaces, la société s’occupe de tout.

 

En ce qui concerne les prix, il faut savoir que le coût moyen à l’achat d’un hectare est de 4000€/ha. En termes de rendement, on peut parler de récolte ou de cueillette, et oui, comme dans l’agriculture ! Ces récoltes prennent évidemment un peu de temps, il faut accepter de vivre au rythme de la nature, et c’est la raison pour laquelle il est conseillé de ne pas investir pour seulement quelques années. On parle d’un rendement de 2% à 2,5% annuel issu des coupes de bois, mais il est aussi possible de récupérer de l’argent sur le stockage de ce bois, ainsi que des droits de la chasse et de la pêche. Au total, 3% à 4% sont générés chaque année. Les rendements restent donc assez faibles, et n’ont d’intérêt que sur une longue période (vingt ou trente ans…) mais les avantages fiscaux sont tout de même attrayants, ce qui assure à cette forme d’investissement encore de beaux jours à venir.

 

Enfin, pour maximiser son investissement, car c’est bien ce qui nous intéresse, il est question de bon sens. Ainsi, miser sur plusieurs massifs permettra d’élargir ses possibles revenus : diversification géographique, diversification des essences de bois, classes d’âges différentes, etc. Mais une fois encore, c’est la société de gestion qui s’occupe de ces préoccupations. Attention donc à choisir l’organisme qui présente le meilleur équilibre entre tous ces critères !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *